Forum rpg sur le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
 

Partagez|

[RP] La Caverne du Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dragon d'Angband, “La Forteresse”
Dragon d'Angband, “La Forteresse”
avatar


Messages : 21
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 21



Feuille de personnage
Affinité magique:
7/15  (7/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: [RP] La Caverne du Dragon Sam 4 Nov - 16:23






Au sein des terre de feu, dans le territoire de Morgoth, une certaine activité règne dans les montagnes d'Ered Engrin, plus particulièrement dans l'une d'entre elle ou Urgak à creusé loin de tous son repaire, à l'aide de ses suivants et de la chaleur de ses flammes, l'activité bat de son plein. Fort de leur première expérience au combat lors du Dagor Bragollach les orques du dragon vert redoublent d'effort afin d'améliorer les infrastructures du lieu, tombant en décrépitude faute d'ouvrier digne de ce nom. Mais sans ouvriers snaga, cela prendrait une éternité, surtout avec si peu de soldats.



Car si l’armée d’Urgak n’est pas la plus grande ni la plus puissante, cette centurie du Mal est étonnante par sa composition et les conditions dans lesquelles elle fut crée. Composé d’orcs considérés comme faibles, l’astucieux dragon a réussi à faire de stupides créatures des soldats disciplinés et ordonnés(autant qu’un Orc puisse l’être). Mais les méthodes d’Urgak ont eu des effets plus ou moins efficaces en fonction des individus, attardons nous donc sur les Orcs les plus talentueux de son escouade, le bras droit d’Urgak , Bhaâl, mais aussi sa garde rapproché : Raz, Gork et Mork.

Bhaâl est un orc de taille moyenne. Le crâne chauve, le front bas et incliné, la créature à la peau sombre et à la barbe négligée n’est pas le plus fort des orcs du Dragon(cette distinction revient à un des membres de sa garde rapproché) mais il est de loin le plus intelligent et c’est surement pour ça qu’Urgak a décidé de faire de l’orc son second. Il y eu d’autre seconds que Bhaâl, des orcs plus forts, plus opportunistes, mais qui périrent dans les flammes d’Urgak pour leur insolence, pour avoir osé s’être proclamé “chef”. Bhaâl est beaucoup trop malin pour faire ce genre d’erreur. Avant il était méprisé et réduit à accomplir des tâches ingrate, mais grâce à la formation du Maître Dragon, il peut à présent répandre la destruction.
Absolument tout ce que Bhâal possède, il le doit à Urgak. Bhaal est né plus vif d’esprit que ses congénères, plus curieux, plus subtil, mais aussi plus faible et les orcs ne respectent que la force, alors il n’était sûrement pas quelqu’un de respectable en Mordor. Humilié, isolé, il finit par être l’un des orcs qui allait servir de cobaye au Dragon Vert, les autres orcs choisi avec lui était, soit faible, soit stupide, parfois les deux. Une fois de plus l’orc était à part. Mais il observa les méthodes orthodoxes de son nouveau maître changer profondément cette masse difforme d'orc en une légion ordonnée et discipliné, une fois de plus autant qu'une légion d'orcs pouvait l'être, c'est-à-dire conserver une formation décente, obéir à un leader et à un code en appliquant des stratégies basiques voire simpliste pour les autres races(comme les Elfes). Silencieux, à l’écart, il prenait acte. Et finalement, il capta l’attention d’Urgak, par accident, qui revoyait en lui les méthodes qu’il avait utilisé pour s’extirper de sa condition de faible dragon.
Le Dragon cultiva le potentiel de son soldat, éveillant ses sens, observant sa progression avec attention, et au fil des années l'habileté au combat et la force de l’orc rivalisait avec sa pensée. De moins en moins d’orcs d’Ered Engrin osait se mesurer à Bhâal et enivré par ses victoires l’orc développa un penchant pour les techniques de combat dites “avancés”. Lors du Dagor Bragollach, il se surprit à être ébloui par l'habileté des elfes avec l'arc et l'épée ainsi que la brutalité astucieuse des nains. Le style orc ne le convenait plus, la brutalité et la force du nombre l’ennuyait. Aujourd’hui Bhâal ne poursuit que deux buts: servir son Maitre Dragon et devenir un guerrier capable de rivaliser avec les plus grands guerriers du Bien. Il voulait survivre assez longtemps pour obtenir la puissance nécessaire afin de s’offrir un combat au sommet contre chacun d’entre eux.  

Parlons à présent de Gork et Mork. Car il est important de traiter le cas de ses deux orcs en parallèle, en effet si les émotions éprouvés par les orcs sont des pastiches corrompues de sentiments réel alors la relation entre Gork et Mork est celle qui est la plus proche de l’amitié. Gork est assez grand et robuste, à la peau verte plutôt sombre et Mork est un petit orc (un gobelin en somme)  agile et léger, à la peau claire, presque bleu pâle. Cette opposition n’est pas seulement physique , mais s’exprime aussi sur le champ de batailles. Gork se bat avec une immense hache qui lui permet de tirer parti de son gabarit tandis que Mork utilise des lances et une dague et peut se faufiler absolument partout. On peut dire que l’un est brutal tandis que l’autre est rusé. Passant leur temps à “débattre” sur leur divergence, la synergie qu’ils expriment leur d’un combat est assez surprenante venant d’orcs. Si vous pensez pouvoir surprendre Gork en l’attaquant dans le dos, alors attendant vous à vous faire percer la gorge par un gobelin qui avait un coup d’avance sur vous. Et si écraser Mork par la force vous semble une bonne idée, surveillez les alentours, Gork n’est surement pas loin et vous découpera en deux à la moindre erreur.


Pour finir il y’a Raz. Raz est puissant, immense pour un orc pouvant égaler la taille de certains elfes. Cette force de la nature est capable des prouesses physique les plus exceptionnelles.Les traits de son visage, renforcé par la taille étonnante de ses défenses, inspirent la crainte même chez les autres orcs. Mais si Raz est d’une force remarquable, il est malheureusement, loin d’être intelligent, et selon les aveux de Mork il est même
“complètement stupide.” Les concepts les plus simples sont de vraies casse tête pour Raz et ne comprenant pas bien les stratégies établies par son Maître Dragon il se contente bien souvent de suivre les ordres de Bhaâl en mimant les agissant de Gork et Mork tout en posant parfois des questions...inattendues. L’arme qu’il utilise , un gourdin a pointe, montre bien que la réflexion n’est pas son fort, mais cela est suffisant pour enfoncer le crâne de la plupart des nains et des elfes un peu trop pompeux. Malgré tout, même si Raz est un orc d’une grande bêtise, il n’est pas complètement une peine perdue et parfois sa propre logique permet de sauver la mise à ses camarades. Comme il le dit lui même “Avant les autres orcs disaient que j’étais bête et que ma force n’était bonne que pour casser des cailloux. Maintenant j’ai un gourdin et mon travail c’est de protéger Bhaâl, alors le premier qui s’approche, c’est lui qui finira comme un caillou. Je suis Raz, et Raz écrase.”

Ces quatres orcs, constituent donc l’élite de l’armée d’Urgak, des combattants à ne pas sous-estimer, et la preuve que le dragon est tout à fait capable de diriger une armée.


Dernière édition par Urgak le Lun 13 Nov - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon d'Angband, “La Forteresse”
Dragon d'Angband, “La Forteresse”
avatar


Messages : 21
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 21



Feuille de personnage
Affinité magique:
7/15  (7/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Re: [RP] La Caverne du Dragon Lun 13 Nov - 14:04

Au cœur de la montagne même si la supériorité de Bhâal sur les autres orcs était une évidence, le tempérament et l’ego des créations de Morgoth prenaient parfois le dessus et il était fréquent que le bras droit d’Urgak soit mis au défi par un des soldats, comme par exemple en ce moment même. Ici, pas de combat à mort, leur maître l’avait interdit, chaque soldat était bien trop précieux. Cela n'empêchait pas que chaque duel était d’une violence inouïe et après avoir mordu la poussière, le challenger s’y reprenait à deux fois avant d’affronter Bhâal à nouveau.


“Lève-toi résidu de snaga. C’est fini. Si je t’enfonce mon pommeau dans le crâne encore une fois, tu vas en crever.”


Bhâal s’approcha du guerrier orc qui l’avait mis au défi et l’aida à se relever. Son adversaire tenait difficilement debout, le visage en sang et le corps infligés de plusieurs plaies à cause de la joute. Il essaya d’articuler quelque chose mais l’orc était sonné, son discours n’avait aucun sens ?

“Quoi? On comprend rien quand tu parles. De toute manière, j’ai gagné.”


Bhâal se retourna vers les spectateurs orcs qui avait formé un cercle autour des deux combattants, il leva les bras et hurla :

“Pas vrai les gars ?!”

Les orcs poussèrent un cri martial avant de scander son nom. Bhâal n’était pas leur chef, mais il inspirait crainte et respect et en l’absence d’Urgak c’était lui qui faisait régner l’ordre sous la montagne.
Soudain, l’arrivé d’Urgak brisa l'effervescence guerrière du lieu pour laisser place à un silence de plomb. Devant le maître Dragon, qui se posa en hauteur sur une avancée en pierre creusé à même la roche, tous restèrent immobiles et Bhâal ploya le genou pour toute la légion. Derrière Urgak qui surplombait tous les orcs, on pouvait observer un certain nombre d’armures brisées et d’arme carbonisées, vestige des ennemis vaincus sur le champ de bataille.



“Un duel, encore. Vous êtes tenace, c’est bien. Cette ténacité vous servira bientôt…”


Urgak ne dit rien pendant un instant laissant ses paroles flottait dans l’air. Bhâal comprit rapidement l’allusion du dragon :

“Maitre, voulez-vous dire que….”

“C’est exact.”


Bhâal se leva rapidement et dit d’un ton autoritaire :

“Qu’attendez-vous ! N’est-ce pas assez clair ? Préparez-vous ! Nous partons en guerre dans les jours qui viennent ! Je veux l’inventaire de chaque arme et armures utilisable ! Je me chargerais moi-même des tire aux flancs ! Vous tous là-bas, préparez Bruzmul pour le maître !”


L’agitation gagna toute l’armée face à l’annonce de cette nouvelle. Pour des orcs peu expérimenté la nouvelle de l’approche d’une bataille était quelque chose de grisant.
Urgak descendit de son trône et s’approcha de son bras droit. Le Dragon prit un air grave, quelque chose semblait le perturber :



“Vous êtes trop peu nombreux, Bhâal. J’ai vu son armée. Celle de Sauron. Ses orcs sont indisciplinés, mais leur violence et leur brutalité semblent sans limite. Et ils sont aussi beaucoup plus nombreux. Et accompagné de diverses créatures. Il me faut plus d’orcs. Depuis le Dagor Bragollach certains orcs fascinés, sont venu grossir les rangs de mon armée, mais ce n’est pas assez. J’ai réussi à gagner l'intérêt de l’Abominable, mais je n’ai aucune confiance en ses lieutenants. Les prochains combats seront décisifs dans la conquête du pouvoir. Je refuse de laisser des incompétents conseiller Sauron et le Seigneur Morgoth.”



“Nous vous sommes tous dévoués Seigneur Urgak. Vous avez offert à chacun des orcs ici présent une chance de devenir fort, et de s’extraire d’une condition de faible. Votre méthode pour “éduquer” les orcs devient de plus en plus efficace et de plus en plus rapide. Ayez confiance en vos manœuvres et en vos stratégies. Nous sommes tous ici grâce a vous. Nous vous suivrons jusqu’au sommet.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[RP] La Caverne du Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silmarillion: l'Ombre de Morgoth ::  :: Le Beleriand :: Terres du Mal :: Anfauglith-