Forum rpg sur le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
 

Partagez|

[FB Quete PO] La légende de Glorim et Kimril, acte 1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Roi de Belegost
Roi de Belegost
avatar


Messages : 118
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Belegost



Feuille de personnage
Affinité magique:
8/15  (8/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: [FB Quete PO] La légende de Glorim et Kimril, acte 1. Dim 5 Nov - 14:40

Le choc sourd du marteau sur l’acier se répercutait dans toute la caverne, créant une étrange rythmique sur laquelle les nains chantaient en cœur d’une voix profonde et grave. Le chant était lent et mélancolique, comme souvent chez ce peuple. Il racontait l’éveil des 7 pères des nains et leur quête éternelle pour être accepter au sein de la création d’Eru. Mais ils remerciaient également Mahal qui les avait sauvés de la disparition grâce aux larmes de sa miséricorde.

Glorim, prince héritier de la cité de Gabilgathol et descendant direct  d’Uri, père des nains de la tribu des Torses Larges, se trouvait également aux forges ou il chantait en cœur avec ses frères. Ils ne fabriquaient pas là des armes dignes de légende, de celles requérant des prières à Mahal et des jours de labeurs pour la moindre lame. Non, il s’agissait de construire des armes de bonnes factures en quantité pour équiper de nouvelles troupes naines. Azaghâl II, père de Glorim, avait ordonné l’augmentation des effectifs permanents de la garde ainsi que la création de grands stocks d’armes afin de pourvoir aux besoins en cas d’urgence. A cela s’ajouter également la fourniture habituelle d’armes envers les différents peuples du Beleriand, ce qui faisait que les forgerons de la cité étaient particulièrement débordés.

Raison pour laquelle Glorim avait décidé de donné un coup de main, au-delà même du fait qu’il adorait tout particulièrement la forge des armes et des armures. Ici, chaque membre de son peuple semblait faire communion dans l’amour de la pierre, du travail bien fait et dans l’amour de Mahal, le Grand Forgeron. Il pouvait y passer des journées entières, laissant de côté pour un temps les lourdes responsabilités qui lui incombait déjà, et celles qui viendraient lorsqu’il deviendrait Azaghâl III.

Pourtant, ce jour-là, un soldat de la garde royale vint le trouver. Faisant signe de la main pour indiquer au garde de ne pas approcher, Glorim frappa une ultime fois de son marteau avant de plongée la lame dans un bain d’eau froide. Puis il scruta le résultat en connaisseur, cherchant le moindre défaut. Satisfait, il posa l’épée là ou s’entassait toutes les armes en attente d’affutage et se tourna vers le nain avec un regard interrogateur.

- Excusez-moi mon prince. Mais Azaghâl vous fait mandez. Il a grand besoin de vous, selon ses dires.

Le nain avait dit le mot « Azaghâl » avec révérence et Glorim se dit une fois de plus qu’il devait être difficile d’être digne d’un pareil titre. Néanmoins, il hocha la tête de haut en bas.

- Très bien. Je m’y rends de ce pas ! Juste le temps de me rendre un peu plus présentable.

Le garde fit une révérence et s’éclipsa, reprenant la route de la salle du trône. L’héritier des Torse Larges, lui, se saisit d’un seau empli d’eau et, le levant bien haut, se le renversa sur lui-même afin de chasser la sueur et la suie qui lui recouvrait le corps. La fraicheur de l’eau lui fit le plus grand bien dans la fournaise des forges.

Quelques heures plus tard, il se présenta dans la salle du trône, propre et bien habillé. Comme chaque fois qu’il en passait le pallier, il prit quelques secondes pour admirer la grandeur de la pièce. Des tentures portant les armoiries de sa maisonnée étaient suspendues un peu partout sur les murs, ainsi que celles de toutes les tribus naines. Le trône était de granit et de marbre, tailler et sculpter avec précision voilà plusieurs siècles. De tout temps, Gabilgathol avait été conçu comme une forteresse et elle était certes moins opulente que sa cité sœur voisine. Mais moins d’opulence pour un nain, c’était toujours bien plus opulent que bien des peuples ne pouvaient en rêver. Il y avait là des sculptures d’or et d’argent, des statues représentant les nains les plus célèbres, leurs victoires et leurs accomplissements.

Glorim s’approcha, souriant quand son père vint lui donné l’accolade.

- Père, quelle est cette urgence qui me tire de mes occupations ?

Le vieux nain se mit à rire.

- Toujours aussi impétueux, mon fils ! Droit au but, sans circonvolution ou de blabla inutile. J’ai besoin de toi. Vois-tu, depuis quelques temps les attaques sur nos caravanes marchandes augmentent dans les régions du nord. Certains témoins me parle de pilleur Orques ayant réussi a passé outre le siège d’Angband. D’autres, de peuplades d’Hommes ou de petit-nain vivant de la rapine et du larcin. Le peuple gronde et notre commerce souffre…
- Aussi, l’envoie du prince héritier pour s’occuper de cette affaire serait un symbole fort.


Azaghâl II eut un sourire. Son fils était vif d’esprit et il ferait un grand dirigeant. Plus grand que lui-même, de l’avis du vieux roi.

- Absolument. Et, plus important encore, j’ai toute confiance en toi pour régler ce problème. Il est important que chacun des peuples du Beleriand apprennent à respecter ton nom. Sans compter que la cache de ces malotrus contiendra sans doute des richesses dont une bonne part nous revient. Quand peux-tu partir ?
- Avant la nuit. Je vais rassembler une compagnie solide. Brise-Crinière viendra avec moi, lui mieux que quiconque me ramènera en un seul morceau.


Il avait dit le nom de son ami d’un air plein d’affection, comme lorsque l’on parle de son frère en utilisant un surnom intime. Et s’il était une personne au monde que Glorim aimait comme un frère, c’était effectivement Kimril Brise-crinière et depuis leur rencontre, il n’y avait pas une expédition que l’un puisse faire sans la présence de l’autre.

Dès  cet instant tout alla très vite. La rumeur courue rapidement que l’on assemblait une troupe pour aller sécuriser les routes et voies marchandes.
Glorim, lui, se rendit aussitôt trouver son ami pour le prévenir de leur départ imminent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[FB Quete PO] La légende de Glorim et Kimril, acte 1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silmarillion: l'Ombre de Morgoth ::  :: Le Beleriand :: Territoires Nains :: Belegost-