Forum rpg sur le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
 

Partagez|

Nouveau voyage, nouvelle épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Grand Forgeron
Grand Forgeron
avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 18/09/2017



Feuille de personnage
Affinité magique:
6/15  (6/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Nouveau voyage, nouvelle épée Dim 12 Nov - 21:04

Telchar attendait déjà depuis longtemps devant les tunnels de Nogrod quand son escorte arriva. Il devait se rendre à Belegost afin de se procurer une cargaison de mithril en provenance des mines de la Moria. Son escorte était composée d’une dizaine de marteaux Nains, des guerriers entraînés et doués, capables de résister au stress le plus intense comme aux flammes d’un dragon. Ils se mirent en rang pendant que leur officier les nommait et les comptait. Leurs armures d’acier étaient rutilantes et Telchar y reconnaissait une main de maître, qui n’était pourtant pas la sienne.Pendant que l’officier déléguait son rôle de chef à celui qui deviendrait le nouveau commandant durant le trajet, Telchar vit du coin de l’œil le marchand, qui était la dernière personne à participer à l’expédition. Car si  lui allait chercher une cargaison de mithril au nom de Nogrod, le marchand partait à titre personnel acquérir des matières premières très rares voire introuvables à Nogrod, comme du bois ou de la paille. La caravane était constituée d’une charrette tirée par un poney de trait. Dedans voyageraient Telchar et le marchand, qui était apparemment parvenu à négocier l’emprunt d’autres charrettes pour ses marchandises à Belegost. Le trajet emprunté ne possédait aucune difficulté ni aucune dangerosité, il s’agissait du tunnel souterrain reliant les deux villes sœur de Nogrod et Belegost, mais on ne plaisantait pas avec la sécurité du plus fameux des forgerons du Beleriand, ce qui expliquait cette escorte importante. Enfin, le marchand prit place dans la charrette, le nouveau commandant mit ses hommes en formation de marche et, après avoir lancé un regard interrogateur vers Telchar, hurla un impressionnant :

-Vers Belegost !

Telchar garda un silence soucieux durant le trajet, mais autorisa la soldatesque à discuter, étant donné le calme du tunnel. Il les divisa en deux groupes qui alternaient leurs rôles toutes les cinq minutes. Le premier veillait en silence à l’avant et à l’arrière  du convoi, et le second discutait paisiblement proche de la charrette. Telchar et le marchand étaient assis sur  la charrette. Ils n’échangèrent en tout e pour tout qu’une dizaine de mots, Telchar était absorbé dans croquis de forge et le marchand dans ses livres de compte. Les Nains de Nogrod voyageait rarement comparés à leurs cousins de Belegost, rendant difficile d’accès ou chères des marchandises pourtant vitales pour l’économie. De nombreux marchands et spéculateurs tiraient profit de cet isolement. Telchar, lui, regrettait souvent cette politique de renfermement, mais respectait les décisions de son Roi Ernilist.

Le voyage se passa sans encombre, comme prévu. Ils ne croisèrent aucune patrouille, pas même de Belegost. Et finalement ils virent de la lumière de plus en plus intense au fond du tunnel, loin du faible éclairage des quelques lampes à huile disséminées ici et là le long du tunnel. Ils débouchèrent donc dans une antichambre, sas de sûreté avant Belegost elle-même. Deux gardes de la ville de Belegost levèrent alors leurs armes. Les soldats avaient reconnu leurs confrères Nains de Nogrod mais restaient quand même sur leurs gardes, ce qui était tout à leur honneur. Ils demandèrent si ils étaient bien de Nogrod ainsi que la raison de leur venue en ville.

- Nous venons de Nogrod à des fins commerciales. Une cargaison de mithril nous attend à l’intérieur, ainsi que de nombreux autres marchandises que nous ne pouvons nous procurer.

- Oh, mais vous êtes le Grand Forgeron Telchar ! Bienvenue, seigneur ! Ma foi, passez. Vous savez à qui vous devez vous adresser pour ces cargaisons ?

- Oui, ne vous inquiétez pas pour nous.

- Souhaitez vous rendre visite à notre souverain, Azaghal ? Il serait ravi de vous rencontrer !

- Oh, j’aurais le temps, prévenez-le que je lui rendrais visite au palais plus tard dans la journée.

Un des gardes courut au Palais donner la nouvelle tandis qu’on laissait passer les voyageurs. Les portes du sas furent ouvertes en grand et les rumeurs de la ville, rappelant celles de Nogrod arrivèrent à leurs oreilles. La ville était sensiblement la même que Nogrod, en tout cas il y régnait la même atmosphère. Le marchand qui connaissait bien la ville guida la troupe jusque au lieu où se trouvait la cargaison. Telchar inspecta brièvement et valida la qualité du mithril ainsi que sa quantité. Le marché avait été respecté et il déboursa l’argent convenu, qui appartenait en réalité à la ville de Nogrod. Puis il laissa le marchand s’occuper du reste des cargaisons. Elles n’étaient plus dans son domaine d’expertise. Il se détacha aussi de son escorte, prétendant que la ville de Belegost était aussi sûr que Nogrod. Il se rendit donc au palais royal de Belegost.

Le palais royal était rutilant, il lui rappelait celui de Nogrod. Alors qu’il s’arrêtait un instant pour contempler cette merveille de l’art architectural, un garde qui faisait le planton à l’entrée le reconnut. Le saluant et le privant du spectacle du palais, il le convia à l’intérieur du palais, jusque à la salle du trône où on l’annonça. Il s’avança alors et vit Azaghal, roi de Gabilgathol. Telchar remarqua que le roi avait bien vieilli depuis leur dernière rencontre.

-C’est un honneur pour moi de vous rencontrer, Roi Azaghal, et c’est un plaisir de redécouvrir cette merveilleuse ville qu’est Belegost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi de Belegost
Roi de Belegost
avatar


Messages : 121
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Belegost



Feuille de personnage
Affinité magique:
8/15  (8/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Re: Nouveau voyage, nouvelle épée Sam 18 Nov - 13:48

La vie suivait son cours  à Gabilgathol. Depuis plusieurs semaines, Freyr prenait des cours de Sindarin et il en maitrisait déjà relativement bien les bases. Dès qu’il le pouvait, le roi de la cité aimait donc partager quelques mots avec son invité, jugeant les progrès de ce dernier.  Il s’avérait être un jeune homme plein d’esprit et très soucieux du bien de son peuple, trait de caractère qui n’était pas pour déplaire à Azaghâl.

Même si pour l’heure, le nain avait d’autres chats à fouetter. La veille, des rumeurs étaient arrivées, affirmant qu’une armée avait fait mouvement depuis le nord en direction du Dorthonion. Rien d’aussi soudain et dramatique que la terrible bataille de la Flamme Subite mais malgré cela, le souverain ne pouvait qu’en concevoir de l’inquiétude. Les elfes seraient-ils capables de stopper l’avancée de Morgoth, cette fois-ci ? Ou bien devait-il à nouveau faire sonner les tambours de guerre ? Les Khazad étaient divisés et il revenait à leur roi de trancher pour de bon la décision.

Il s’était donc retrancher dans ses appartements, n’acceptant la visite d’aucun conseiller. Dégustant un cognac de Dor-lomin, il avait le regard perdu dans le vague, pensant à ce jour ou Risgrim lui avait fait gouter pour la première fois ce breuvage. Dans sa situation, la décision du roi de Tumunzahar aurait été rapide et direct : Que les elfes et les hommes se débrouillent ! Mais malgré leur amitié, les deux rois n’avaient pas le même point de vue sur la chose. La simple présence de Freyr, qu’Azaghâl avait véritablement prit sous son aile, n’en était qu’une preuve de plus.

Soudain sa tranquillité fut sabordée. Un membre de sa garde s’approcha, le prévenant qu’un convoi venu de Nogrod était arrivé à l’instant. Telchar en faisait partie ! Voilà qui était une heureuse distraction. La dernière fois qu’Azaghâl avait rencontré le forgeron, il n’était encore que Glorim, le prince héritier.

- Une rencontre avec le plus grand forgeron de notre peuple. C’est exactement ce qu’il me faut. Je vais de ce pas l’accueillir ! Les Elfes, les Orques et les Hommes peuvent bien attendre.

Il se rendit aussitôt aux portes du palais ou il retrouva le légendaire forgeron.
Ils s’échangèrent nombre de politesse, se partageant les dernières nouvelles du monde. Gabilgathol se devait d’être à la hauteur d’un hôte de marque de cet acabit et le roi le convia donc à sa table, ou ils se retrouvèrent, partageant quelques gourmandises et un peu de bière, l’heure n’étant pas encore au repas.

Rapidement, Azaghâl éprouva l’envie de proposer à Telchar de descendre aux forges en sa compagnie. Le jeune roi était réputé un excellent forgeron dans sa cité mais le Khuzd en face de lui était sans pareille mesure.  Une idée lui vint soudain.

- Maître Telchar, je ne crois guère au hasard. Voyez-vous, en mes murs se trouve actuellement un jeune humain, prince du peuple vivant au pied de notre montagne. Il est venu ici apprendre le Sindarin afin de pouvoir commercer avec nos villes et je sais qu’il passe de longues heures à observer nos artefacts. Sans doute serait-il prêt à payer un bon prix une arme forgée par vous ! Et quel magnifique symbole ce serait pour sa maison.

Telchar, en bon nain, ne rate jamais une occasion de se faire un peu d’argent et l’idée lui plut. Aussitôt le roi de Belegost se proposa pour l’assister dans ces travaux, ne cachant pas quel honneur et quel plaisir ce serait pour lui. Ainsi fut-il entendu et l’on manda Freyr.
Lorsque le jeune homme entra, Azaghâl l’accueilli de ces mots :

- Freyr, je te présente Telchar, le plus grand forgeron de mon peuple. Il est de passage à Gabilgathol et accepte de mettre ses talents à ta disposition, à condition d’avoir une entente sur le prix.

La réputation du forgeron n’était plus à faire et le prince n’était que trop heureux de l’opportunité. Il fallut plusieurs heures d’âpres négociation pour trouver enfin un accord. Malgré le plaisir de forger aux cotés de Telchar, Azaghâl comptait bien tirer bénéfice de l’affaire si possible et il fut convenue qu’il toucherait une partie du paiement, la majorité revenant néanmoins au Grand Forgeron.

Le soir même, les deux nains descendirent aux forges. Freyr n’était pas autorisé à assister à la chose car de nombreux secrets du peuple Khuzd seraient utiliser pour leur art ancestral et les nains était bien décider à garder pour eux cette forme d’art.

Les deux nains commencèrent à un long travail du métal afin de trouver l’alliage idéal. Un assemblage d’argent et de mithril qui apporterait robustesse et souplesse à l’arme. Tout en faisant fondre le minerai, ils entonnèrent les chants de forge de leur peuple, invoquant la puissance de Mahal pour insuffler au métal des propriétés uniques.  Puis ils martelèrent le métal, lui imposant pli et repli pour en renforcé encore la structure. A cette étape, Azaghâl n’hésita pas à user de sa propre création, Darnmanadh, pour battre la future lame et la rendre aussi solide que possible.  Mais ce fut le talent de Telchar qui fit la différence et le jeune roi s’émerveilla de voir avec quelle précision le forgeron était capable de plier les métaux à sa volonté.
Ce serait une arme exceptionnelle à n’en point doutée et le roi de Belegost commencer à regrettait de l’avoir vendu en avance, tant il aurait voulu la gardée pour lui. Mais le monde était jeune et le cœur des nains n’avait pas été manipulé par les ombres, aussi ce fut la probité qui triompha en son cœur : un marché est un marché. Il ne reviendrait pas dessus.

Vint enfin le moment d’effectuer le plus délicat des travaux : inscrire au cœur même du métal encore chaud les runes de puissance dont les Khazad avaient le secret. Ils y passèrent de nombreuses heures, n’hésitant pas parfois à rebattre le métal pour recommencer depuis le début lorsqu’une rune ne leur semblait pas parfaite. Puis il y eut une dernière trempe et de la vapeur jaillit une lame pure et altière, le feu de la forge semblait être inscrit jusqu’au plus profond de l’argent. Comme bien des armes d’exception, elle ne se contentait pas de refléter le feu des torches, elle semblait disposée de sa propre lumière.

Se saisissant de l’arme, Azaghâl s’approcha d’une armure naine forgée récemment et suspendu sur un mannequin. Sans hésitation, il frappa l’armure de cette épée et un éclair blanc apparut au moment de l’impact. La lame trancha l’acier comme s’il n’était que du cuir et les deux forgerons se sourirent, satisfait et conscient d’avoir fabriqué ensemble l’un des plus grands chefs d’œuvre de leur peuple.

Lorsque vint le moment de donné l’épée à son possesseur, le roi de Belegost eut ces mots :

- C’est une épée digne des plus grands rois, Freyr. La fierté de mon peuple. Et mon peuple ne tolérera jamais que cette arme se retourne contre ses intérêts. Vois-la comme le gage éternel de l’amitié entre nos maisons.

La phrase était courtoise mais pleine de sous-entendu car en son cœur, le nain avait bien du mal à se séparer de la lame. Aussi le serment était-il fait : si elle venait à se retournée contre les intérêts de ses créateurs, ceux-ci iraient la reprendre, de gré ou de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince du Thargelion
Prince du Thargelion
avatar


Messages : 292
Date d'inscription : 09/03/2017
Localisation : Belegost



Feuille de personnage
Affinité magique:
2/15  (2/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Re: Nouveau voyage, nouvelle épée Sam 18 Nov - 17:26

Gram l'épée du jugement
Assistant  à l'un de ses derniers cours de Sindarin, Freyr semblait se préoccuper à cet instant des rumeurs au sein de la cité naine. Face à la menace du Nord grandissante à chaque minute qui passait. Les hommes se devaient d'être prêt à combattre jusqu'au bout, pour autant bien qu'ayant parcouru durant longtemps les étales. Aucune des armes des différents marchands n'avaient réussies à sortir du lot, bien que les œuvres étaient brillantes et d'une grande finesse. Mais au beau milieu du cours, une ombre petite mais vivace arriva jusqu'au bureau de l'homme. Un messager du roi, ce dernier lui indiqua alors que sa présence était demandé auprès du seigneur de la cité.


S'excusant avec la plus grande noblesse mais sans honte de ne pouvoir continuer le cours. Emportant avec lui le peu d'affaires qu'il avait, il commença par courir dans les couloirs nains. Pourtant sa célérité se stoppa nette face à l'afflux massif de nombreuses caisses. A l'intérieur se trouvait un métal d'une brillance sans équivalent, l'argent des elfes n'était lui-même pas aussi brillant en plein clair de Lune. Les caisses étaient protégées par de nombreux gardes, mais ces derniers n'avaient qu'un équipement standard. Le métal argenté était visiblement une matière rare, ce qui expliquait par la même sans absence totale sur les étales.


En arrivant auprès du roi, un étranger appartenant lui aussi à la race des nains était à coté d' Azaghâl. Ce dernier l'avait visiblement convoqué afin de lui soumettre une offre. Lors du débat il était question d'offrir une épée au jeune homme, bien qu'il en avait une il ne pouvait pas refuser un tel cadeau. Mais sur le premier parchemin venait un prix hors du commun que même dans dix ans le royaume de son père ne pourrait pas payer. En réfléchissant ensemble à une solution et après de nombreux débats, Freyr avait pu descendre le prix à cinq mille pièces d'or. C'était la une grande somme, même pour une épée faite de la main du roi de Belegost, mais on lui avait certifié que des runes seraient présentes sur la lame.


Acceptant alors les conditions, il se dépêcha d'aller chercher sa bourse. Sur le chemin il se demandait en quoi les runes avaient de l'importance. Pendant que les deux nains de grandes importances forgés ensemble l'épée, le garçon cherchait des passages dans les textes. La moindre chose évoquant des informations sur les runes. Il y avait de tout, aussi bien des descriptions quant à l'apparence que des effets divers. Mais finalement il n'y avait que peu de renseignement sur les sujet, les nains gardant les secrets de leurs anciens.


Au moment de récupérer sa bourse il n'y avait que la moitié du prix de la lame. Il devrait donc payer en deux fois avant d'être propre dans ses frais. La première partie des gains allant à l'étranger afin de ne pas l'immobiliser à Belegost. Mais étrangement si les deux étaient des nains, le roi étant amicale et chaleureux l'autre lui dégagé comme une aura de méfiance. Mais pour Freyr ce qui importait était le regard du roi de Belegost et non celui d'un nain d'une autre cité. Il commençait alors à regagner la salle de réunion, lieu dans lequel il n'avait que rarement l’occasion de rentrer. Mais encore fallait-il qu'il y eut des raisons pour utilise la pièce.

Avançant dans les ombres du couloir, il avait la mauvaise habitude de surprendre les gardes. Ces derniers avaient finis par avoir l'habitude, mais pour autant à chaque fois ils avaient les mains sur les armes au cas ou. Le territoire en paix, la guerre elle n'était pas loin. Il y avait comme une ombre avança sur les terres du Sud, les Hommes Bruns connaissaient bien les orques. Nombreux étaient ces êtres parcourant le Thargelion à la recherche de malheureuses victimes. Malgré le blocus des elfes de la Marche au Nord, leurs défenses avaient de nombreuses brèches. L'épée serait un symbole de l'amitié entre les Hommes et les Nains, mais aussi un atout dans la lutte contre le Mal.



En arrivant dans la salle, les deux nains avaient finalement mis au point l'objet, Freyr donna donc sa bourse à l'étranger. Puis acceptant avec la joie l'épée il promettait par la même de payer le nain plus tard. Ainsi il resterait à Belegost jusqu'à gagner suffisamment de fonds pour payer les deux mille pièces d'or manquantes.  Mais ensuite il apprit pour les hommes au Nord subissant les assauts des orques. Il comptait bien rejoindre la bataille jusqu'à sauver le maximum de bons gens.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nouveau voyage, nouvelle épée

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau voyage, nouvelle épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le voyage vers une nouvelle vie.
» Animé Pokemon : Un Nouveau Trailer, et les Nouveaux Opening et Ending
» LES MYSTERIEUSES CITES D'OR
» Un nouveau voyage [ feat. Hakuryuu ] [terminé, suite archipels]
» Nouvelle journée, nouveau patron, nouvelle vie [Pv Heiji]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silmarillion: l'Ombre de Morgoth ::  :: Le Beleriand :: Territoires Nains :: Belegost-