Forum rpg sur le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
 

Partagez|

Courrier indésirable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Noir Ennemi du Monde
Noir Ennemi du Monde
avatar


Messages : 22
Date d'inscription : 21/09/2017



Feuille de personnage
Affinité magique:
15/15  (15/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Courrier indésirable Mer 6 Déc - 2:43


À Belegost, Nogrod et dans le Bastion de Durin...


Il était bien inhabituel d’entendre les pas légers et enveloppés de bottes de fine manufacture, qui trahissaient l’origine de leurs propriétaires, en ces régions du Beleriand. Alors que les armures naines auraient normalement empli les longs couloirs de leur cliquetis caractéristique, l’apparat de la compagnie qui visitait la cité n’aurait pas dérangé la plus alerte des sentinelles. Aussi, les étendards que le petit bataillon portait ne semblaient pas avoir causé trop d’émoi parmi les Naugrim qui, visiblement, les avaient reconnus et n’avaient pas alerté la garde interne de la cité. Les hommes à la silhouette élancée et allongée par des heaumes aux couleurs vives déambulèrent couloir après couloir jusqu’à arriver dans les passages royaux.

Devant le trône, qui, ironiquement, était juché plus haut et paraissait plus massif que quelconque qu’ils avaient vu auparavant, ils n’eurent aucun mal à s’incliner devant les autorités en place avec qui ils entretenaient d’excellentes relations. Ainsi, leur révérence mécanique fut rapidement interrompue par un seigneur et sa cours qui leur supplièrent de se redresser, un sourire au visage et une amitié brillante dans les yeux. Celui qui se tenait aux devants de la compagnie glissa finalement une main sous sa cape afin de se saisir d’une missive scellée. Les broderies de cette dernière allaient être les derniers cadeaux que les Elfes feraient aux Royaumes sous la Montagne ce jour-là.

D’une voix chaude, mais qui découpait l’air jusque dans les courbes supérieures de la salle du trône, excavée dans le roc, le messager proclama le discours qu’on lui avait remis. Il déplia le parchemin :

- Au nom du Haut-Roi des Elfes de Beleriand et des habitants du royaume de Doriath, je vous remets cette missive afin d’officialiser le blocus économique que les autorités du Plus Vieux Royaume des Elfes en Arda impose contre votre royaume. Tout commerce entre les instances marchandes de ce royaume et celles de Doriath est interrompu et interdit jusqu’à nouvel ordre.

L’Elfe fit une pause, puis reprit ce qui semblait être une explication de courtoisie.

- Des évidences d’un commerce d’armes de facture elfique et nanique ont été retrouvées en possession d’un ennemi du Royaume Gardé, en quantités réfutant l’hypothèse d’un vol ou d’un pillage. Tout porte à croire que des commerçants, autorisés ou non par sa majesté sous la montagne, ont établi des réseaux de ravitaillement que le roi Elu Thingol ne peut tolérer.

Pour terminer, il ajouta d’un regard sincèrement navré et empathique :

- Les autorités de Doriath urgent sa majesté et ses plus loyaux serviteurs de mettre un terme à ces activités afin de retrouver une coopération plus que souhaitable.

Après s’être prosterné une dernière fois, le messager regagna sa compagnie et quitta les lieux aussi vite qu’il était arrivé.
MJ:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi de Belegost
Roi de Belegost
avatar


Messages : 121
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Belegost



Feuille de personnage
Affinité magique:
8/15  (8/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Re: Courrier indésirable Mer 6 Déc - 22:21

En l’absence d’Azaghâl, Uri était le seigneur de la cité. Ce fut donc lui, et d’autres membres du conseil, qui vinrent écouter les elfes.  Il espérait avoir grâce à eux des nouvelles de son père, partit il y avait longtemps déjà prêté main forte aux amis elfes. Uri faisait partie d'une frange assez isolationniste du peuple nain mais il était aussi loyal que tous les autres et c’est avec amitié qu’il accueilli les messagers.

Ce fut une douche froide. Jamais, de mémoire de nain, les Khazad n’avaient été traité avec autant de mépris et de suffisance en leur propre demeure. Le Haut Roi Elfe n’avait fait qu’envoyer une troupe de messager pour donner ses ordres comme un seigneur s’adressant à son féal. L’ambiance de la pièce changea du tout au tout, passant de la stupéfaction à la colère, alors que chacun se rendait compte des répercussions sur l’économie du royaume. Un trafic d’arme ? La simple idée qu’un nain puisse volontairement fournir des armes à l’ennemi commun n’était pas qu’une ineptie, c’était un sacrilège, une insulte envers ce peuple fier et loyal.

Les elfes savaient que leur message ne serait pas apprécié. Usant à nouveau de cet air hautain si détestable, ils se dirigèrent rapidement vers la sortie… Mais nul ne quitte le royaume des montagnes sans l’accord des Khazad.  Uri se leva d’un bond et fit un geste de la main. L’un des gardes de la salle sonna du Cor et le son se répercuta dans toutes les galeries, aussitôt relayé par d’autres soldats en faction. C’était un son puissant, empli de fierté et de menace. Aussitôt des bruits lui répondirent : les lourds échos des portes de pierre, d’acier et de mithril se refermant, bloquant tous les accès de la cité.

Avant même que les elfes ne comprennent ce qu’ils avaient mis en route sans le vouloir, des phalanges naines apparurent et les encerclèrent, alors que de nombreux arcs se pointé en leur direction.

Une grande partie de l’armée était partie avec son roi. Mais des centaines de Nains vaillants et forts protégés encore la cité.  Uri s’approcha du groupe d’elfe et prit la parole d’une voix visiblement empli de colère, bien qu’il tentait de la maitrisée.

- Comment osez-vous ? Comment osez-vous venir en notre demeure pour ainsi accuser notre loyauté et piétiner notre honneur ? Alors même que des milliers d’entre nous sont au Dorthonion pour soutenir les armées de vos frères ! Depuis quand les gens de Doriath ont-ils oublier la politesse et l’amitié, le respect de la diplomatie ? Si votre Roi désire s’entretenir d’une chose avec le peuple Naugrim, qu’il vienne lui-même s’assoir à notre table ! Sans fiel ni menace, mais dans l’amitié sincère que nous pensions être la nôtre, car il est toujours la bienvenue ici, quant bien même notre mécontentement serait grand !


Il désigna l’un des elfes, celui ayant lu la missive.

- Toi ! Tu iras dire à ton roi comme ses amis sont mécontents et comme ils désirent le voir urgemment. Les autres de ta compagnie, ils resteront ici jusqu’à nouvel ordre, en tant que mes invités personnel.

Les elfes le regardèrent, visiblement horrifier par ses mots. Mais au sein des nains, il n’y avait que du soutien. Les différences politiques s’étaient évaporer devant cet évènement et ils ne voyaient plus que le prince héritier dirigeant son fief.

L’elfe fut donc reconduit aux portes de Belegost, seul. Les autres furent installés dans des quartiers confortables mais clos et on leur apporta tout ce dont ils avaient besoin.
Lorsque le messager solitaire s’éloigna des portes, elles se refermèrent aussitôt, pour la première fois depuis des années. Et de nombreux nains prirent position sur les remparts, faisant rapidement naître un sentiment de danger dans tout le pays car jamais Belegost ne s’était ainsi refermée sur elle-même et bien vite les plus folles rumeurs coururent.

Au coeur de la montagne Uri convoqua ses paires.

- Je ne sais pas ce qui passe par la tête de ce roitelet mais s'il pense que nous sommes à sa botte, il se trompe. J’ordonne séance tenante que tout commerce avec la gente elfique soit suspendu. Ni arme, ni or, ni matière première ne doit plus leurs être fourni. Et surtout, je veux qu’il soit bien expliqué à chacun les raisons de cette décision. Qu’ils sachent dans quel embarras les mets leur fameux Haut Roi. Je veux également que l’on aille s’enquérir de Nogrod. Ont-ils reçu le même message ? J’ai grand besoin de voir Risgrim, en l’absence de mon père je ne refuserais pas ses conseils.  Et si Mahal m’entends, puisse Azaghâl ne plus tardé à nous revenir. Il sait comment traiter avec les Elfes. Qu’on lui envoie des messagers !

Alors on fit le nécessaire pour obéir au prince. Celui-ci se laissa tomber dans son fauteuil. Il n’arrivait presque pas à croire que tout cela fut réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Prince Savant - Roi de Nogrod
Le Prince Savant - Roi de Nogrod
avatar


Messages : 156
Date d'inscription : 23/02/2017
Age : 19
Localisation : Nogrod



Feuille de personnage
Affinité magique:
8/15  (8/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Re: Courrier indésirable Jeu 14 Déc - 23:37

 Une journée banale s'écoulaient dans les entrailles de la terre. Les mineurs minaient, les armées s’entraînaient, les forgerons forgeaient et les nains buvaient. Le premier d'entre eux n'était malheureusement autre que Risgrim, qui en avait fait son occupation principale depuis maintenant longtemps, trop pour certains. Il faisait cela parfois dans son bureau, parfois dans sa chambre, mais le plus souvent dans la bibliothèque qu'il avait assemblée durant ses périples de jeunesse. Des livres de tous les royaumes du Beleriand ou presque, et même certains ouvrages de l'Ouest lointain amenés par des caravanes de ce que certains commençaient à appeler l'Eriador. Cependant, aucune page de ces ouvrages n'avaient été réveillé par la douce lumière d'une chandelle ou d'un feu depuis des dizaines d'années. Ce lieu de savoir universel s'était peu à peu transformer en un lieu de déboire personnel.

 Lors d'un après-midi passé à finir les dernières bouteilles de cognac de l'an 440, un imprévu amené par un messager pointa le bout de son nez. Des elfes du grand Royaume de Doriath faisaient honneur par leur présence en cette cité naine. Cela faisait déjà un certain nombre d'années que des Premiers-Nés représentant un royaume de l'extérieur n'avaient pas demandé audience auprès de Ernilist, depuis l'année de son couronnement. C'est sans se presser qu'il décida de se préparer pour recevoir ses hôtes. De beaux habits, de beaux bijoux, ainsi que la splendide couronne aux jais noir avaient été choisis pour montrer l'importance des invités, mais surtout la puissance de la cité en matière économique.

A la fin de cette rencontre sortant de l’ordinaire, le roi n'avait rien essayer contre ces messagers qui apportaient tout sauf un message de paix et d'amitié. Mais Risgrim, qui avaient aussi bien de la bouteille dans sa cave que dans son règne savait qu'une réaction précipité ne pouvaient conduire qu'à un conflit, qu'il soit verbal, économique ou militaire. Ainsi, après avoir reçu ces sindar et les avoir laisser retourner dans leurs confins qui n'avaient plus d'intérêt pour les Royaumes du Dolmen à ce moment, la première chose que fit le Prince Savant fut de prendre un bouteille de l'an 441. Débouchant et se versant un verre, il ne fallut pas plus d'une gorgé pour se rendre compte qu'il ne s'agissait que d'un infecte bouteille sans intérêt. C'est cela qui lui fit prendre conscience de la réelle gravité de la situation.

Les longues heures qui suivirent furent dédiées à la réunion du Grand Conseil de Nogrod, qui se composait des plus grand artisans, commerçants, nobles et militaires, on annonça peu avant la clôture de celle-ci un messager venant de la cité-sœur de Belegost. Il était indiqué que Uri, Prince des Torses-Larges, voulait rencontrer Risgrim pour recevoir conseils sur cette même affaire de blocus commercial. Il était indiqué dans ce même message que les messagers étaient retenus le temps de débloquer la situation. Cet excès de zèle d'un prince voulant bien faire rappelait à un nain ses jeunes années de fougue, et lui firent prendre la décision de rencontrer ce nouveau prince.


 Après quelques heures de traversé du tunnel qui reliait les deux cités, les portes à l'extrémité s’ouvrirent, laissant apercevoir la garde royale de la cité accompagnant le jeune prince qui occupaient la place de régent durant l'absence d'Azaghâl. Le nom mentionné sur la lettre était Uri, comme le premier Torse-Large, signe d'une volonté d'avancer sans pour autant oublier le passé. LA gravité de la situation ne pouvait empêcher les habituelles salutations dont la formalité ne pouvait être égale à l'affection qu'elle représentait en réalité. Mais très vite après cela, la situation revint au centre des discussions.

"Cher prince, je suis ravi de vous rencontrer. C'est le bon côté de ces circonstances critiques qui nécessites des rencontres entre les plus grands de cette terre. Enfin, passons. Je vois que vous avez réagis à ce que nous pourrons appeler un affront. C'est une réaction protectionniste de base, et croyez-moi jeune prince, je sais en reconnaître quand j'en vois. Vous répondez par une mesure plus forte, ce qui est une solution possible. Mais est-ce la solution au problème que ces elfes nous posent ? A Nogrod, nous avons décidé aussi de ne plus fournir, ni armes, ni joyaux, ni aucune autre marchandises au Royaume de Doriath, ainsi qu'aux autres royaumes sindar car même s'il n'étaient pas représenté par des membres de leurs royaumes respectifs, ils sont les serviteurs de celui qui semble être un elfe qui se voit plus grand qu'il n'est réellemnt. Vous avez raisons, ce roitelet n'a pas à nous parler comme il l'a fait, et il faut condamner ces propos aussi fermement que possible."

 Jusque là, les deux naugrim étaient sur la même longueur d'onde, mais vint ensuite le mais, qui suivaient souvent l'aspect positif de la chose.

"Cependant, cher Uri, permettez-moi de vous donnez mon avis de nains d'expérience. S'il faut condamner les sindar pour leur impudence, il ne sert ni nous intérêts, ni notre bon droit de nous en prendre à tous les royaumes du Beleriand. Nous, nous avons pris plusieurs heures, en nous arrêtant suer chaque cas, pensant le pour et le contre. Nous avons finalement décidé de continuer à fournir les royaumes des fils de Fëanor. Si ce n'est pour lutter contre notre ennemi commun, c'est au moins pour nous éviter une isolation totale de notre économie et de notre diplomatie. Mais le cas le plus complexe fut celui du Royaume d'Hithlum. Là encore, les faits étant flou, bien plus que pour n'importe quel autre royaume, nous avons eu l'idée d'y envoyer des représentant pour discuter avec le haut-roi Fingon. Cela me semble raisonnable comme solution et cela nous évite de passer pour les méchants de l'histoire. Qu'en dites-vous ? Vous êtes le dirigeant ici, alors vous décidez. Mais pensez bien que nous serons bien plus puissant si nous nous entendons sur cela avant de réagir aux possibles conséquences."

 Risgrim savait qu'il était là pour conseiller le jeune prince sans expérience, et il espérait que cela porterait ses fruits. Car même si l'orgueil était ébranlé, l'or ne pouvait venir à manquer. Mais plus il parlait, plus il remarqua le changement d'émotion d'Uri. D'un nain plein de colère envers les elfes, il devint un nains presque joyeux à l'idée de prendre Thingol à son propre jeu. Le dialogue continua, traitant de choses de moindre importance, et finissant par une fête en l'honneur de l'invité de la cité.

_________________
"I am a dwarf and I'm digging a hole !" :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi de Belegost
Roi de Belegost
avatar


Messages : 121
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Belegost



Feuille de personnage
Affinité magique:
8/15  (8/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Re: Courrier indésirable Sam 16 Déc - 18:31

Uri fut heureux de voir arriver le roi de la cité voisine. Sa colère s’était quelques peu réduite mais pas tant que ça, malgré les tentatives de ses conseillers pour le calmé.

Les présentations furent formelles mais cordiale, les relations entre les deux tribus étant absolument parfaites. Et très rapidement Ernilist su trouver les arguments pour convaincre le prince régent de la nécessité de ne pas être si vindicatif dans ses décisions.

En vérité, ce dernier avait déjà commencé à changer d’avis alors que ses conseillers lui faisaient la liste des conséquences de sa décision. Néanmoins les mots du roi de Nogrod le convainquirent totalement et très rapidement il donna des contre-ordres, conscient que cela allé donner de lui une bien piètre image, révélant l’impulsivité qui avait commandé ses premières décisions. Une
leçon qu’il n’était pas prêt d’oublier.

Puis vint l’heure de relâcher ses « captifs ». Uri se présenta en personne devant eux, désireux de rattraper au moins en partie sa bourde.

« Veuillez pardonner mes actes bien malpoli qui, je l’espère, n’entacherons pas l’amitié entre nous. Je crains que la fougue de ma jeunesse l’eut emportée… Vous êtes libres de repartir quand vous le souhaitez. L’hospitalité de Belegost vous est offerte si vous désirez attendre une heure moins tardive pour repartir demain. »

Il sembla réfléchir quelques instants, se racla la gorge et continua.

« Ceci dit, j’aimerais que vous rapportiez ceci à votre Roi. C’est la réponse officielle de notre part. »


Et il leur tendit un parchemin qu’il avait lui-même rédiger et signé :

« A son excellence le roi Elu Thingol,
Nous prenons actes de votre décision ainsi que de l’information qui la sous-tend. Soyez assurer de notre inquiétude quand à ces faits que nous croyons sur parole. Soyez sûr également qu’aucun nain ne s’est fourvoyer dans cette entreprise et qu’aucun de leurs rois n’en a donné l’ordre. Nous acceptons votre blocus et, le temps de trouver une résolution à cette situation, Belegost et Nogrod ont choisis d’une même voix de stopper tout approvisionnement envers une quelconque cité Sindar que ce soit.

Il serait judicieux de nous réunir afin de discuter de vive voix des actions à entreprendre afin de trouver l’origine de ce vil trafic afin que nos commerces habituels reprennent.
Soyez certain, messire, qu’en cette affaire comme en tout autre, Belegost restera fidèle et loyale, comme elle l’a déjà prouvée en de maintes occasions, dont celle qui retient actuellement notre roi loin de ses demeures de pierre.

Uri, Prince Régent de Belegost. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Courrier indésirable

Revenir en haut Aller en bas

Courrier indésirable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petit tutorial pour Gimp
» L'émigré haïtien actuel, un fardeau indésirable... pour les pays d'accueil.
» un invité indésirable
» FOSTER, INDÉSIRABLE #1
» Une soirée macabre [PV Reliseth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silmarillion: l'Ombre de Morgoth ::  :: Le Beleriand :: Territoires Nains-