Forum rpg sur le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
 

Partagez|

Ignis devorans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Le buveur de sang, la Guerre incarnée, l'Ensanglanté
Le buveur de sang, la Guerre incarnée, l'Ensanglanté
avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 28/11/2017



Feuille de personnage
Affinité magique:
12/15  (12/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Ignis devorans Ven 15 Déc - 12:59



ignis devorans


Abaddon





Parcourant les vastes plaines arides et rocailleuses, la chaleur du volcan ne venait que réconforter la flamme dans son tourment. Les orques marchant  par dizaines à la recherche de la moindre chose à manger. Comparable à des rats, aux yeux du démon de feu ils n'avaient aucune importance si bien que marcher dessus ne lui posa aucune prise de conscience. A son passage il y en avait très peu qui finirent en cendre, car tous s'éloignaient de lui à cause de la souffrance qu’imposaient ses flammes. En fouillant dans son mémoire il se rappelait de son ancienne forme. Bien qu’aujourd’hui encore il avait comme une sorte de forme similaire à celle-là, il n'y en avait plus la trace même infime de pureté et de bonté. Sa chaleur ne laissait aucun réconfort aux braves et sa lumière ne guidait plus que les ténèbres.
Finalement il regagnait son antre, flammes et cendres emplissaient l'air chaud. Il n'y avait presque aucun être en dehors des dragons et des Balrogs capable de supporter une telle chaleur. Le volcan relâchait dans certaines galeries des jets de vapeurs aussi toxique que mortellement chaud. Le souffre empêchait la moindre respiration, pourtant il y avait bien des matériaux autre que la pierre qui pouvait supporter cela. Un métal corrompu par la terrible magie noire de Morgoth le Vala déchu. D'aucun ne pouvait remettre en cause la puissance d'une telle matière, mais sa rareté en faisait une chose réservée uniquement aux plus grands serviteurs du seigneur des ténèbres.

Là dans la chambre magmatique du volcan, Abaddon forgeait une armure de fer noir. Elle n'était pas que de metal, mais aussi de magie, insufflant son savoir magique aussi bien dans l'art du feu que de la terre. L'objet serait tel que personne n'oserait le sous-estimer, dans les immenses cheminées le son du métal battu résonnait. La lave envahissant chaque partie de l'armure, la magie s'ajoutant à chacune des zones finalement ce qui semblait brut au départ prenait l'apparence d'une armure. Capable de s'ajuster avec sa magie aux différentes formes de l'être de feu, sa véritable force était tout autre.


Il finit par enfiler la pièce d'armure, chacun de ses frères présents pouvaient admirer l’œuvre qui si elle n'était pas destiné à des fins néfastes aurait reçue les louanges d'Aulë lui-même. Car Abaddon avait acquis son savoir non pas tout seul, mais comme Sauron auprès de Morgoth et  du dieu forgeron et père des nains. Les arts magiques de la forge n'avaient presque aucun secret pour lui, en dehors de Sauron ou de ses maîtres très peu pouvaient rivaliser avec lui. Il finit par sortir de la chambre et commença à grimper les multiples niveaux qui rendaient la forteresse imprenable.


Il finit par passer devant les exploitations minières, lieu dans lequel  son précieux métal était originaire.  Il posa un moment son regard sur les ouvriers qui n'avaient pas tout de suite ressentis sa présence. Le regard lourd qui semblait demander aux ouvriers d’accélérer la cadence, ne faisait qu’oppresser les faibles âmes ici présentes. Puis à sa grande surprise un orque se présentait à lui, il s’inclina d'abord puis demanda à deux trolls d'amener un chariot.


-Maître, voici un présent. Nous avons pu récolter cela aujourd'hui même. Veuillez ne pas nous fouetter je vous en prie. Nous travaillerons plus dur et plus longtemps.



Abaddon posa son regard sur les caisses alors que tous les orques présents semblaient l'observer à la recherche d'un signe de satisfaction ou d'autre chose de similaire. Dans les caisses sur le chariot se trouvait des fragments bruts de fer noir. Visiblement il restait encore de la pierre et de la terre tout autour. Ce fut donc dans une sorte de satisfaction que le Balrog fouetta à l'aide de son fouet de flamme l'orque, tranchant le miséreux en deux sans y appliquer une réel force. Si cela pouvait permettre de laisser une certaine discipline sous la bannière tyrannique, cela était aussi un moyen d'oublier son passé tout en cherchant à s'en rappeler et à en garder une trace par la purification d'un être aussi miséreux que par le feu.
Après quelques instants il dicta aux trolls d'amener ça aux portes de la chambre de feu, puis il continuait sa route. Ce genre de meurtre n'était pas vraiment chose rare dans Angband, car après tout les Balrog avait comme rôle et réputation d'être des maîtres de disciplines impitoyables. Dans les longs couloirs il laissait derrière lui des traces de pas enflammées, des cendres flottant au gré du vent et une odeur de souffre. A nouveau il était à l'une des nombreuses casernes, dans cette dernière se trouvait les légions du second de Gothmog ou plutôt ses légions. Encore trop faible pour pouvoir partir à la guerre dans quelques années elles seraient l'acier battant les faibles et pitoyables elfes. Mais visiblement l'attention de ses troupes se fixa un moment en le voyant approcher vêtu de la funeste armure. Tout comme son porteur elle s'embrassait, laissant les traits se consumer dans un tourment de flammes. Les métaux les moins nobles ou pures et les plus faibles, ne seraient plus qu'une liquide métallique tombant sur le sol.  Si bien que les épées de fer et les lances d'acier autour de lui ne devenaient plus que cendres et résidus sur le sol. Les couches de fer noir et magique ne laissaient pas les chocs passer, si bien qu'un marteau ne ferait que le chatouiller et sa résistance était légendaire.
Un épais manteau d'ombre laissant s'échapper les flammes semblaient parfois l'entourer, si bien qu'il était difficile de savoir s'il portait ou non son armure. Lors de sa création il nomma auprès de ses frères esprits de feu son armure : ignis devorans. Signifiant le brasier dévoreur. Il avait pris soin de nommer l'objet en valarin afin que les elfes et maiar puissent en reconnaître les traits et désespérer en sa présence.

Et finalement sur le champs de bataille cette dernière lui servirait de rempart face aux armes elfiques les mortelles et empruntes de magie blanche. La lumière ne serait plus qu'un lointain souvenir, loin de son ombre ne cessant de grandir à chaque instant. Qui contrairement à la faim d'Ungoliant, ne mangeait pas les flammes mais en laissait paraître un faible soupçons afin d'entretenir un espoir qui finirait par laisser place à la peur et le désespoir.  

CSS par Gaelle



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ignis devorans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ϟ IGNIS PROBAT AURUM ϟ EVENT VII ϟ GROUPE II
» Nouvelle SUZUKI IGNIS: elle a l'air SYMPA !
» ϟ IGNIS PROBAT AURUM ϟ EVENT VII ϟ GROUPE V
» Ika, fils d'Ignis
» Krogan, Satyre d'Ignis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silmarillion: l'Ombre de Morgoth ::  :: Le Beleriand :: Terres du Mal :: Thangorodrim :: Angband-