Forum rpg sur le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
 

Partagez|

Les étoiles dans le vent [Thorondor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Vassale de Varda
Vassale de Varda
avatar


Messages : 34
Date d'inscription : 01/09/2017



Feuille de personnage
Affinité magique:
15/15  (15/15)
Equipement:
Armée:

MessageSujet: Les étoiles dans le vent [Thorondor] Mar 19 Sep - 0:19


Il y avait une senteur âpre dans le fond de l'air, annonciatrice des frimas rigoureux de l'hiver. Un léger sourire éclaira mon visage tandis que, adossée à la montagne, je laissais les timides rayons du soleil pâlir les ténèbres de mes paupières closes. Cela avait commencé ainsi, bien que j'avais aujourd'hui du mal à m'en souvenir : à l'aube des temps, lorsque la grande musique prit fin, l'Un me donna la vue et le noir blêmit pour prendre couleur. Et le vide que je contemplais jusqu'alors, n'était plus du vide.
Je rouvris les yeux, laissant le précipice les emplir. Loin en contrebas s'étendait le Nan Dungortheb, un ravin maudit empli de murmures cliquetants et menaçants. Je l'avais largement contourné par l'Ouest lorsque j'avais quitté la forêt de Doriath où demeuraient Thingol et Melian, peu désireuse d'attirer l'attention des créatures qui y résidaient. Aux pieds de l'Echoriath je pris une journée pour me préparer à l'épreuve qui m'attendait, une épreuve qu'il m'était de toute manière impossible de la réussir : entamer l'ascension des Crissaegrim.

J'ignorais ce qu'ils cachaient par-delà le roc silencieux et la pierre muette. Ces monts où séjournaient les aigles n'avaient pas été choisis par ces derniers par simple hasard : ils étaient là en garde, à la veille d'une chose sur laquelle je ne parvenais pas à mettre le doigt. Mais c'était là un secret qui n'appartenait qu'aux serviteurs de Manwë et il ne me revenait pas de le percer. Si j'étais venue jusqu'au seuil du fief de Thorondor, c'était pour une autre raison.

La veille, je m'étais lancée à l'assaut des hauteurs, à cette heure où le crépuscule règne et où les premières étoiles percent l'empyrée. Chargée avec légèreté, j'avais laborieusement et patiemment négocié les passes les plus basses de la falaise, sachant pertinemment que les yeux perçants des rapaces étaient déjà sur moi. Le savoir avait amené un pli d'amusement au coin de ma bouche, comme je les imaginais tour à tour dubitatifs ou curieux de mon manège.

Et aujourd'hui, au zénith de l'astre doré, je me reposais.

Je n'avais pas franchi la moitié du quart de ce qui me séparait des sommets. Et je n'irai guère plus haut, encore ; le versant dédaigneux des Crissaegrim prenait une tournure d'à-pic, voire de voûte par endroits. Ses aspérités traîtresses ayant écorché mes doigts se remplissaient de graviers pointus et le vent capricieux, glacé, devenait par trop puissant. Il faisait en cet instant voleter avec force mes mèches échevelées devant mon visage, assourdissant mon souffle lourd. L'effort d'avoir essayé, en quelque sorte, était ma façon bien à moi de faire preuve d'humilité.

Je venais voir le seigneur des aigles en sa demeure. Du moins, s'il le voulait bien, car seule je n'étais pas capable d'arriver à sa hauteur.

Me rencognant contre la roche, je détachais les armes que j'avais auparavant étroitement sanglées à mon corps. Il y avait une fine et courbe lame, pudiquement muselée dans un fourreau de cuir grossier. Elle avait été forgée pour moi par les Vanyar, récemment aux yeux du monde : c'était là leur participation à la guerre contre Morgoth, eux qui avaient sagement choisi de rester en Aman. À son côté reposait une longue lance effilée, à la hampe d'ébène cerclée d'argent et à la pointe scintillante. Celle-ci, elle me venait du peuple des Noldor, bien plus ancienne et plus connue des Terres du Milieu lorsque, plongées dans les ténèbres, je les parcourais parfois en traque des créatures malfaisantes qui y rôdaient. Il n'y avait pas la plus petite tache pour les maculer, mais qui était sensible à ces choses pouvait sentir les marques que la mort avait laissées sur leur fer comme le sang sur du velours.

« Tout ça est de sa faute et il en paiera le prix... » murmurai-je aux zéphyrs, qui emportèrent mes paroles.

Bien sûr que ça l'était. Melkor avait souillé la création au-delà du concevable. Tout ce qui avait été imaginé et dit, il l'avait perverti d'une façon ou d'une autre. Moins qu'il l'aurait voulu, toutefois.
Dans mon cœur jadis serein régnait aujourd'hui une sourde colère, s'écoulant d'une plaie qui avait pour nom chagrin, deuil ou peine. Je me mis à fredonner contre mes lèvres serrées, un chant sans parole mais plein de sentiments ; c'était une complainte où la voix prenait tant de tonalités différentes qu'elle menait seule un ballet d'instruments. J'évoquais sans parler des êtres et des choses que j'aimais naguère, d'un amour pur et innocent. J'évoquais le hurlement d'agonie de cet amour lorsqu'on en poignarda les objets, encore, et encore et encore ; j'évoquais comment l'amour devint de la haine, une haine cachée, qui était la seule réponse que j’eusse trouvé pour camoufler la douleur. Et enfin, sur les dernières notes résonnant dans ma gorge, j'évoquais l'espoir qu'il me restait que cette fureur servit à d'autres en les préservant des mêmes malheurs.

L'espoir.

« Il faut garder espoir. » Alors, me revint autre chose que j'avais fini par acquérir au fil des siècles sur la terre : un peu de malice, qui chassa mes noires pensées, et je jetai ma voix dans le vide : « Oui, garder l'espoir qu'un jour peut-être, je finirai par voir un aigle de Manwë ! À moins qu'ils hibernent lors de la mauvaise saison, auquel cas je reviendrai au printemps prochain ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les étoiles dans le vent [Thorondor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Héraclès - C'est géant ! Herc' est dans le vent! !
» Te souviens-tu de ces sourires innocents et de ces paroles dans le vent ? ~ Nina ♥︎
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Les étoiles dans tes yeux danseront ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Silmarillion: l'Ombre de Morgoth ::  :: Le Beleriand :: Les Cavernes de Mandos-